Textures

Des surfaces sèches, rugueuses, rouillées et travaillées par le vent, la mer et le sel.

La douceur infinie du bleu du ciel et de l’eau, les reflets lisses du soleil sur le calcaire au blanc de crème.

Les contrastes complexifient notre vision du monde. Le rendent dense, riche, épais et parfois illisible. C’est ici l’interdépendance de tout qui se manifeste, un monde où chaque phénomène est appuyé sur un autre, une réalité par essence multidimensionnelle.

Plonger dans la texture du monde c’est aussi aller à sa rencontre. Le simplifier pour le rendre lisible c’est l’ignorer et nous ignorer nous-mêmes dans notre dimension plurielle et mystérieuse