Chronique d’un voyage au sommet – J 13

Nido de Condores – Camp 2 – Altitude 5550m.

J’ai à peine dormi. Maux de tête féroces toute la nuit; j’ai avalé trois Ibuprofen sans trouver de soulagement. Je suis sortie dans l’obscurité pour chercher de l’air, ai rencontré un vent glacial et un ciel saupoudré d’étoiles. Il a encore fait très froid cette nuit, l’eau a gelé dans ma gourde même avec sa protection isotherme. J’ai mis l’électronique, mes lentilles de contact, de la bouffe et ma frontale dans mon sac de couchage afin de leur épargner les températures nocturnes, et ai passé une grande partie de la nuit à ajuster ma position pour éviter un contact douloureux avec ces divers objets.

Sunny est venue nous réveiller vers 9h un café à la main, j’ai saisi la tasse d’une main peu sûre, le ventre serré et l’esprit épuisé; quelques sons incompréhensibles sont sortis du sac de couchage d’Alex, elle s’est aussitôt rendormie. J’envie sa capacité  à se réfugier dans le sommeil et maudit ma vivacité et mon imagination parfois si difficile à apaiser. Journée de repos aujourd’hui, elle est sensée nous apporter l’acclimatation nécessaire pour grimper plus haut demain.

AWExAconcagua 2020-8576.jpg

Photo Sunny Stroeer

Je me recouche après un petit déjeuner avalé sans faim et arrive à trouver une trentaine de minutes de sommeil. L’hélicoptère me réveille, encore une évacuation. Nous sommes peu de chose face à cette montagne, j’ai un peu peur mais suis trop fatiguée pour donner suite à cette idée. Je me sens affreusement sale, j’aimerais me laver les mains, j’ai tenté de les tremper dans l’eau s’écoulant du glacier hier après midi, elle était boueuse et m’a laissé la peau sèche et recouverte d’une nouvelle pellicule opaque. J’y rajoute une couche de crème solaire et décide d’oublier l’inconfort.

Alex et Andrea redoutent les jours de repos, le vide de l’attente, les cris du corps et de l’esprit plus difficiles ignorer. Sunny s’affaire, va chercher de l’eau au glacier du bas, moins sale et plus facile à filtrer, traite de quelques questions urgentes avec Paul son mari via le GPS, rassure Thomas et Cole qui s’inquiètent pour la voie supérieure vers le sommet, remet des pierres autour de la « social tent » pour la stabiliser et arrive à nous préparer un lunch de reines, des fajitas avec des onions frais.

AWExAconcagua 2020-8403.jpg

Andrea au camp 2 – Photo Sunny Stroeer

Je suis dans un état de demie veille, le soleil m’empêche de rester longtemps dans la tente, il y fait trop chaud et la lumière est tout aussi aveuglante qu’à l’extérieur. Je lis pourtant quelques lignes sur mon kindle, écris dans mon journal comme chaque jour, marche jusqu’au bout du camp et discute de tout et de rien avec les alpinistes de passage. J’ai reçu un message inattendu hier soir, quelques lignes qui m’ont ravivées le coeur; j’y pense et y trouve l’élan qui m’a manqué toute la journée.

IMG_2770.jpg

Mia est passée ce matin par le camp 2, elle est en train d’essayer de battre le record de vitesse détenu par Sunny sur la voie 360 (record de 47 heures). Sunny s’est réveillée à 5h aujourd’hui pour aller à sa rencontre et l’encourager. Mia pleurait, épuisée par l’effort, elle est partie de Arcones hier soir à 19h, a couru toute la nuit, s’est perdue dans la partie basse de la montagne, a eu des difficultés à traverser la rivière et n’en pouvait presque plus avant de trouver un deuxième souffle auprès de Sunny. On attend de ses nouvelles, elle doit être près du sommet maintenant.

AWExAconcagua 2020-8432.jpg

Photo Sunny Stroeer

Vers 16h Mia nous contacte à nouveau par GPS, elle est effectivement à la Cueva, la dernière partie avant le sommet, à environ 6600m d’altitude. Mathias le porteur est là aussi, il l’empêche de continuer, il est tard, elle est trop lente, c’est trop dangereux. Elle oppose une résistance fragile, puis se résigne à abandonner. Elle nous annonce sa descente. Deux heures plus tard, elle arrive en larmes, on la serre dans nos bras, on lui donne à manger, elle s’effondre dans un coin de la « social tent », on la couvre des vêtements dont on peut se passer; elle dormira d’une traite jusqu’au petit matin.

AWExAconcagua 2020-8417.jpg

Photo Sunny Stroeer

On est le 23 janvier, notre « summit day » est prévu pour le 26. On ne sait toujours pas si on part du camp 2 où nous sommes, ou du camp 3. Notre forme de demain décidera de la stratégie. J’attends sans impatience, je ne sais pas comment investir cet espace autrement que par le coeur; il me touche, m’émeut et m’effraie à la fois.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s