Chronique d’un voyage au sommet- J3.

Sunny est arrivée. Andrea est coincée à Houston et nous rejoindra demain matin juste à temps pour notre départ vers Pénitentes où nous allons passer une dernière nuit au chaud.

Sunny est impressionnante par sa stature et son charisme. Elle parle très vite et s’anime quand elle évoque les difficultés de la très haute altitude qu’elle connaît si bien. Elle détient le record de vitesse sur l’ascension de l’Aconcagua, comme sur le tour des Annapurnas, elle sait de quoi elle parle.

Ce sera dur, elle est très claire là dessus. Surtout après le camp de base à Plaza de Mulas lorsque nous devrons porter tout le matériel vers les camps 1, 2 et 3, c’est à dire au delà de 4500 mètres. Entre 18 et 20 kg chacune sur le dos, chaque pas sera épuisant, l’oxygène rare et les nuits peu réparatrices. « You will feel like shit ». Cependant elle est confiante, elle a suivi notre préparation depuis un an et nous rassure.

Nous passons en revue l’équipement, Sunny vérifie tout et s’assure que le poids de base du sac est gérable. Elle nous décrit les conditions que nous allons devoir affronter et ne mâche pas ses mots: un vent qui fend la peau, une poussière qui irrite la gorge et rend la respiration difficile, un soleil ravageur qui oblige à se couvrir tout le corps et un froid allant jusqu’à moins 40.

Il faudra essayer de manger le plus possible surtout en altitude. Et nos corps refuserons la nourriture. Il faut compter 600 calories par jour en plus des trois repas. On passera 16 jours au total dans la montagne, ça fait beaucoup de calories. Alex a tout prévu et déballe des kilos de snacks, j’ai beaucoup moins, comme souvent j’ai sous estimé mes besoins. On fait toutes les trois un tour au supermarché du coin et je fais le plein de cookies, noix et barres de céréales.

Ensuite Alex et moi refaisons nos sacs en divisant ce qui sera porté par les mules jusqu’au camp de base- tout le matériel de haute altitude, crampons, piolet, casques, vêtements ultra chauds – et ce que nous gardons avec nous les quatre premiers jours pendant l’approche – tentes, matelas, sacs de couchage, bouffe, gourdes et filtres à eau, frontales, chargeurs solaires. Un minimum de fringues pour alléger les sacs, pas de pyjama ni de change. On sera sales, très sales.

Un jour avant le départ vers le plus haut sommet hors de l’Himalaya, je me sens moins prête qu’il y a un mois ou j’avais couru 50km avec une relative aisance. Depuis 15 jours, une douleur persistante au bas du dos a ralenti mes entraînements et 10 à 12 heures d’efforts par jour à enchaîner pendant 16 jours dans des conditions extrêmes m’intimident. Mais j’ai hâte. Plus tôt Sunny m’a demandé: what got you into extreme adventures? Ma réponse a été: mon penchant pour la difficulté et mon amour de la montagne. Oui, on se lance là dedans justement parce que c’est difficile et qu’on a aucune certitude d’y arriver.

Si vous voulez nous suivre en temps réel, voici le lien vers le tracker GPS actif à partir du 14 janvier: https://www.awexpeditions.org/gps

Prochain point le 16 janvier où si tu vas bien nous serons au camp de base avec un peu de wifi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s